Nombreux sont les guitaristes qui ont marqué des générations de rock addicts par leur virtuosité et leur talent. Chacun a foulé des pistes que personne n’avait explorées auparavant ! Le grand Jimi Hendrix, étoile filante dans une nuit de débauche, Peter Frampton l’OVNI électrisé ou encore Ritchie Blackmore, figure emblématique de Deep Purple sont autant de guitar heroes qui ont laissé une empreinte indélébile dans nos mémoires d’adolescents boutonneux aux cheveux longs, dans la mesure où ils nous laissaient croire qu’on pouvait changer le monde.

5 solos guitare complètement déjantés : un voyage dans le temps!

Aujourd’hui, je vous emmène à bord de mon vaisseau intergalactique (et spatiotemporel) aux confins d’une galaxie qui fleure bon l’ampli Fender à lampes, la Gibson Les Paul et la vie sans limites. Le rock’n roll, quoi!

1. Child in time – Deep Purple

Sorti en 1974, Child in time figure sur l’album In rock. La pochette est un clin d’oeil au Mont Rushmore, un monument au coeur des Black Hills qui représente les quatre présidents qui ont le plus marqué l’histoire des États-Unis: George Washington, Thomas Jefferson, Theodore Roosevelt et Abraham Lincoln. Sauf que sur la pochette de l’album In rock, les faciès des présidents sont habilement remplacés par ceux de Ritchie Blackmore, Jon Lord, Ian Paice, Ian Gillan et Roger Glover, les membres de Deep Purple.

Deep Purple - In rock, pochette de l'album.

Child in time nous mène d’une ambiance liturgique à un déferlement de sons saturés, le tout, dans une progression travaillée. Puis, la tornade arrive : l’orgue Hammond de John Lord répond à la guitare de Ritchie Blackmore avant de revenir à une tranquillité passagère… Child in time est un monument du hard rock et il le restera à jamais !

En cadeau, je vous offre la version live extraite de l’album Made in Japan, pour vous rendre compte de la puissance vocale d’un Ian Gillian au sommet de son art.

2. Voodoo child – Jimi Hendrix

Jimi Hendrix est sans doute le plus déjanté (et le plus talentueux) guitariste que la planète rock ait engendré. Fauché par la mort à l’âge de 27 ans, Jimi Hendrix laisse une oeuvre inachevée qui continuera à surprendre des générations de guitaristes amateurs. Virtuose de la pédale wah-wah, Jimi fait tout : la rythmique, le solo, le chant et parfois, il joue avec les dents ou met le feu à sa guitare. Bref, le style déjanté et halluciné de Jimi Hendrix fait de Voodoo child un morceau d’anthologie à écouter encore et encore en se disant : « diantre, mais, comment fait-il…? »

3. Innuendo – Queen

En publiant Innuendo dans cette liste, je tends le bâton pour me faire battre. Effectivement, tous les fans inconditionnels de Queen argueront, à juste titre, que les solos de We will rock you ou de Don’t stop me now sont bien plus explosifs, déjantés, décalaminés et j’en passe. Certes, je le leur concède. Toutefois, le solo guitare d’Innuendo est complètement déjanté et inattendu dans cette atmosphère vaporeuse. Pour la petite histoire, le solo de guitare flamenco n’est pas interprété par Brian May, mais par Steve Howe, le guitariste du groupe Yes et Asia. Un petit flamenco, une grosse claque et on n’en parle plus!

4. Do you feel like we do? – Peter Frampton

Le solo guitare de Do you feel like we do est sans doute le plus étrange de cette sélection. Au risque de décevoir des années de croyance jamais contestée, je dois avouer que ce n’est pas un robot, ni la guitare de Peter Frampton qui chante. Enfin, si, en quelque sorte, mais pas tout à fait, quand-même. « Prends une pédale wah-wah, couple-la à un vocoder et deviens une légende de la guitare? » Non. C’est beaucoup plus simple que ça: Peter Frampton utilise une talkbox. C’est un effet qui permet de moduler la fréquence du son de l’instrument avec la bouche, grâce à un tuyau placé à côté du micro.

Avec cette version live de Do you feel like we do, Peter Frampton nous livre un tube interplanétaire comme seuls les artistes des années 70 savaient nous concocter. Allez, on ferme les yeux et on savoure!

5. Thunderstruck – AC/DC

Ceux qui ont découvert Thunderstruck sur l’album Live (c’est le titre) d’AC/CD en 1992 ont sans doute pris un pied incroyable. Comment ne pas ressentir des frissons à l’écoute de cette intro mémorable ? Un hélicoptère passe, le tonnerre gronde, la foule hurle, un larsen furtif et c’est parti pour une explosion, sans sommation ! Le thème de la chanson, réalisé par celui qu’on ne nomme plus, Angus Young, aurait pu suffire à nous ébahir. Mais c’est bien mal connaître AC/DC. En plus de la virtuosité, le groupe australien nous offre la rage !

Allez, pour finir cette playlist des 5 solos guitare complètement déjantés, on écoute Thunderstruck et on se laisse aller à 6 minutes 34 de bonheur!

Voilà, le nettoyage d’oreilles est terminé ! J’espère que cette croisière spatiotemporelle dans l’antre du rock aura réveillé en toi de beaux souvenirs. Et toi, quelle est ta playlist de solos guitare complètement déjantés ? Partage-la dans les commentaires ou sur notre page facebook !

5 solos guitare complètement déjantés. Un article de Philippe Monnier, journaliste.