Dans les allées des Automnales, notre journaliste Josiane Meyer va de surprises en belles découvertes. Aujourd’hui, ce sont des molaires qui l’ont interpelée! En effet, Flo Muliardo est sculptrice de dents en pop art depuis trois ans et ses oeuvres pour le moins originales partent à l’assaut du monde.

Flo Muliardo, sculptrice pop art sur dents aux Automnales de Genève avec le magazine Découverte.

Josiane Meyer: Bonjour Flo. Comment en vient-on à sculpter des dents…?

Flo Muliardo: Tout d’abord, la dent a beaucoup de significations : la famille, partage, la vie. J’aime penser que quelque part, l’humain est enraciné. J’ai été prothésiste dentaire pendant quelques années. Cette expérience a forcément déclenché quelque chose en moi mais, lorsque j’ai arrêté ce métier, la dent est complètement sortie de ma tête! Jamais je n’aurais pensé un jour en faire des sculptures et surtout, la porter dans le monde l’art.

Flo Muliardo FQD: une artiste complète

J.M.: Quelle matière utilises-tu?

F.M.: Je sculpte mes oeuvres dans du polyuréthane. Mais je maîtrise aussi le travail du bois, de la résine, le métal, l’or et le platine grâce à mon ancien métier, les cires. Je sais aussi souder. Je pense que les prothésistes dentaires n’ont pas conscience de l’aspect artistique de leur métier: ils font des choses merveilleuses sur des objets très petits. Moi, j’ai transposé toutes ces techniques sur des objets de plus grande taille.

Susciter l’émotion

Flo Muliardo, sculptrice pop art sur dents aux Automnales de Genève avec le magazine Découverte.

J.M.: Parle-nous un peu du processus de création.

F.M.: Je fais tout de A à Z. Je travaille tous mes prototypes à la main avec beaucoup de ponçage et de peinture. Je réalise aussi tous mes dessins à la main. J’ai une cabine de peinture, donc je dispose de tout le matériel pour avancer. Je peins aussi des tableaux en pop art, je mélange les histoires et j’aime le fun! Par dessus tout, j’adore voir un sourire se dessiner sur le visage des personnes qui découvrent mes oeuvres. Si je peux donner à mon public l’impression de retourner en enfance et de retrouver cette petite voix intérieure qui leur parle, alors, je suis heureuse!

J.M.: Cibles-tu un public en particulier?

F.M.: Non, je n’ai pas de public-cible. Je pense que l’art fonctionne au coup de coeur. Je dispose d’une clientèle très hétéroclite, de tous milieux et c’est ça qui me plaît.

Une actualité artistique en ébullition!

J.M.: Quelle est ton actualité artistique et quels sont tes projets?

Mon actualité artistique est très dense! Aujourd’hui, de grandes galeries m’ouvrent leurs portes. Je suis très heureuse que mon art décolle après si peu de temps: trois ans, ce n’est rien! J’ai fait beaucoup de salons internationaux. Par exemple, j’ai été invitée à ArtNight, un show à l’Américaine avec de grands artistes. Marseille, Monaco, Annecy ou encore Barcelone seront quelques étapes dans les prochains mois. Fin novembre, je serai à Spectrum à Miami, l’occasion pour moi d’aller démarcher les galeries d’art. Et l’avenir s’annonce radieux car, pour 2023, j’ai déjà d’alléchantes propositions.

Je fais évoluer et grandir cette petite dent. J’arrive à fidéliser mes clients qui reviennent et ça, c’est fabuleux. J’ai réalisé une sculpture de deux mètres et mon prochain objectif est d’en faire une de trois mètres. J’ai reçu une médaille d’argent des Arts, Sciences et Lettres qui m’ont invitée à une fabuleuse réception à l’hôtel Intercontinental à Paris. Je suis très honorée de cette belle distinction.

Flo Muliardo, sculptrice pop art sur dents aux Automnales de Genève avec le magazine Découverte.

Le portrait chinois

J.M.: Merci Flo Muliardo pour cette belle découverte. Aux Automnales, nous avons un petit rituel: le portrait chinois. Si tu étais une matière, que serais-tu?

F.M.: Le marbre, pour son toucher. Un jour, je sculpterai dans du marbre, mais c’est tellement délicat qu’il me faudra en apprendre les techniques.

J.M.: Et pour finir, as-tu une phrase ou une citation qui guide ta vie?

F.M.: J’ai envie de dire que la vie est belle et qu’il faut en profiter, car elle est courte. Il faut faire tout ce dont on a envie. Et, si je devais mettre en avant une citation, ce serait celle de Saint-Exupéry dans le Petit Prince: « On ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux. »